Rentrée littéraire du Mali 2019

Les rideaux sont tombés sur l’édition 2019 de la Rentrée littéraire du Mali.

Du 18 au 23 février dernier s’est tenue la Rentrée littéraire du Mali dont l’ouverture officielle le 19 février, au Musée national, a enregistré la présence d’un invité de marque, en la personne du Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta.
Dans son discours le Secrétaire Exécutif du Fonds des Prix littéraires du Mali, M. Ibrahima Aya a rappelé les objectifs de la Rentrée littéraire et raconté le chemin parcouru jusque là. Depuis onze années, dira-t-il, une équipe composée de maliens et d’amis du Mali se font le devoir de rassembler des personnalités des cinq continents pour penser l’Afrique « l’Afrique se raconte à elle même et au monde » tel est le slogan de la rentrée littéraire. Il s’agit pour les organisateurs de prendre position et de réfléchir sur les questions d’actualité en tant qu’acteur et non attendre que d’autres viennent avec des solutions.

Le ministre de la Culture Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo saluera pour sa part l’initiative et réjouira d’y prendre part une énième fois mais avec toujours le plaisir renouvelé d’être en de si bonne compagnie d’hommes de lettres.

Le Président de la République visiblement ému de se retrouver devant un tel public quelques jours après sa désignation par ses pairs de l’Union africaine comme le coordinateur des Arts, de la Culture et du Patrimoine africains, a exprimé sa gratitude à l’endroit des organisateurs et a interpellé son gouvernement pour que celui-ci mette tout en œuvre afin les enfants maliens sachent lire mais aussi que le Mali puisse se doter d’une politique culturelle, une politique du livre digne de ce nom.

 Auparavant une rencontre professionnelle, en échos à l’initiative du Président Emmanuel Macron de tenir les états généraux du livre en français,  a rassemblé les 18 et 19 février des professionnels du livres et l’éducation, éditeurs, libraires, écrivains, hommes de presse, venus de la Côte d’Ivoire, du Congo, de la Belgique, de l’Algérie, de la Guinée, du Sénégal, de la Mauritanie  du Rwanda et de la France pour échanger avec leurs pairs du Mali sur les questions liées à la politique du livre.  Au nombre des participants, on pouvait noter la présence de Mme Sylvie Marcé, commissaire générale des états généraux du livre en français.

Cette rencontre de capitalisation avait pour objectifs de :

Partager les expériences et les acquis des acteurs de l’édition africaine du livre en français afin de renforcer leurs capacités de structuration, de développement, de plaidoyer et d’aide à la décision;

Mettre en commun les regards d’acteurs africains francophones sur les perspectives de l’édition du livre en français dans le cadre des États généraux de l’édition du livre en français.

Deux jours durant les participants se sont penchés sur des thématiques diverses dont l’élaboration, l’adoption et le suivi d’une politique du livre et de la lecture avec la participation des acteurs ; la création, la gestion et le suivi des fonds d’aide à l’édition, à la diffusion et à la distribution du livre ou encore l’édition africaine face au plurilinguisme.

Le président de l’OMEL a par ailleurs pris part à une émission de RFI, aux côtés du Président d’Afrilivres Abdoulaye Fodé N’Dione et de Mme Sylvie Marcé commissaire générale des états généraux du livre en français, sur le thème de « la place du livre en français en Afrique et du livre africain en France. »

Leave a reply